GALERIE DEDIÉE AU LUMIX DC-GH5

GALERIE DEDIÉE AU LUMIX DC-GH5

LUMIX GH5 DANIEL BEREHULAK

L’HISTOIRE

« La région du lac Tonlé Sap au Cambodge constitue l’un des écosystèmes les plus productifs et les plus variés au monde. Son histoire riche, ses activités abondantes, ses couleurs exceptionnelles et sa population chaleureuse en font l’environnement idéal pour tester les capacités de cet appareil photo. Le LUMIX GH5 est parfaitement adapté au photojournalisme. Il est doté d’objectifs de qualité professionnelle, assemblés dans un boîtier léger, compact et rassurant. Le lac Tonlé Sap est un lieu d’exception, idéal pour découvrir ce nouvel appareil photo. »

L’HISTOIRE

« La vie sur les berges du Mékong et du lac Tonlé Sap regorge de culture et d’énergie. Au Laos, les pêcheurs luttent contre les rapides, alors que, plus bas, dans le lac Tonlé Sap, ils ressortent leurs filets du lac, qu’ils ramènent dans leurs habitations, construites sur le lac. Ils disposent ainsi d’un moyen de subsistance et de commerce. Les lits majeurs, alimentés par le Mékong, sont propices à la culture du riz et des fleurs de lotus, et favorisent les activités agricoles et le commerce. »

« Des millions de personnes dépendent du Mékong et de ses affluents. Grâce au nouveau LUMIX GH5, j’ai pu capturer la lumière post-méridienne, dansant au-dessus du lac, et ainsi reproduire fidèlement les couleurs vives et les textures rustiques propres à la vie sur le lac et sur les berges, pour un résultat époustouflant. Le double stabilisateur sur 5 axes (Dual I.S.2) m’a permis de capturer des images d’une qualité exceptionnelle, sous une faible luminosité, dans des conditions difficiles. Le LUMIX GH5 est devenu mon compagnon de voyage idéal, offrant la flexibilité et la liberté nécessaires pour saisir l’éclat et la vie des habitants de la région. »

LUMIX GH5 DANIEL BEREHULAK

GALERIE DE PHOTOS

LE GH5 SUR LE TERRAIN

« L’appareil photo offre des performances solides et sa taille compacte permet de le transporter facilement toute la journée, et même d’emporter plusieurs objectifs. Le mode silencieux permet de photographier des scènes intimes et des instants paisibles dans les foyers, sans être envahissant. Les appareils plus imposants peuvent être bruyants et intimidants. Mais la taille réduite et compacte du GH5 le rend totalement inoffensif dans les mains du photojournaliste. »

LE GH5 SUR LE TERRAIN
LE GH5 SUR LE TERRAIN

« Le système de stabilisation d’image amélioré, équipé d’un double stabilisateur sur 5 axes (Dual I.S.2), m’a permis de capturer des images d’une qualité exceptionnelle, sous une faible luminosité, dans des conditions difficiles. Ces propriétés, en plus de la mise au point automatique rapide, m’ont permis de saisir des moments fugaces et uniques qui sont d’ordinaire difficiles à capturer. »

« Lorsque je prends des photos dans des conditions éprouvantes, je ne veux pas m'inquiéter en me demandant si la caméra va tenir le choc sous la pluie, dans la poussière ou la boue. La finition tout temps de l'appareil m'a donné la confiance nécessaire pour continuer à photographier. »

LE GH5 SUR LE TERRAIN

VIDÉO EN COULISSES

BIOGRAPHIE

BIOGRAPHIE

DANIEL BEREHULAK

Daniel Berehulak est un photojournaliste indépendant primé, basé à Mexico. Originaire de Sydney, en Australie, et contributeur régulier du New York Times, il a visité plus de 60 pays et a couvert des événements qui ont changé le cours de l’Histoire, parmi lesquels, les guerres en Iraq et en Afghanistan, le procès de Saddam Hussein, le travail des enfants en Inde, le retour de Benazir Bhutto au Pakistan et la lutte contre la drogue aux Philippines. Il a également dépeint de nombreux sujets de société et victimes de désastres, notamment après le tsunami au Japon ou la catastrophe nucléaire de Tchernobyl.

En 2015, il a reçu le prix Pulitzer, dans la catégorie « Photographie d’article de fond », pour son reportage sur l’épidémie du virus Ebola en Afrique de l’Ouest pour le New York Times. En 2011, il était finaliste pour cette même récompense, pour sa couverture des inondations qui ont touché le Pakistan en 2010.
Ses photos lui ont valu de remporter cinq fois le prix World Press Photo. Il a été nommé deux fois « Photographe de l’année » au concours Pictures of the Year International, en 2014 et 2015. Plus récemment, il a été nommé « Photographe de l’année » pour les revues à grand tirage, lors du concours Best of Photojournalism 2016 de la National Press Photographers Association.

Pour suivre le travail de Daniel en ligne, visitez le site www.danielberehulak.com et suivez-le sur Instagram (@danielberehulak) et sur Twitter (@berehulak).