En 1997, nous avons eu l’idée de rendre notre air plus pur. Nous y travaillons depuis sans relâche.

Une image montrant l'histoire du développement de produits utilisant la technologie nanoe™ depuis plus de 20 ans

Historique des appareils permettant de générer des radicaux hydroxyles contenus dans de l'eau

Contexte historique

L'origine des radicaux hydroxyles contenus dans de l'eau

Tout a commencé en 1997. Alors qu'ils travaillaient sur un projet de l'ancien Ministère du Commerce international et de l'Industrie relatif à la purification de l'air dans les environnements de vie, des chercheurs Panasonic se sont intéressés à une technologie de génération de radicaux hydroxyles contenus dans de l'eau. Il se demandèrent si de minuscules particules d'eau pouvaient apporter une nouvelle façon de nettoyer l'air. En 2001, une équipe composée de seulement deux chercheurs s'est mise au travail. 

Il s'agissait d'une technologie entièrement nouvelle, qui présentait des défis importants. Il était nécessaire pour l'équipe de développer des méthodes de vérification et des techniques à partir de rien, et le phénomène de décharge électrique au cœur du processus était difficile à contrôler. Les travaux se poursuivirent sans résultats pendant quelques temps, avant que les recherches finissent par être presque complètement abandonnées. Néanmoins, le directeur de recherche de l'époque décida de persévérer, arguant de poursuivre les efforts une année de plus. La dévotion de Panasonic envers la technologie sauva le projet. Finalement, en 2003, l'équipe parvint à créer des nano-particules d'eau qui purifiaient l'air. La technologie des radicaux hydroxyles contenus dans de l'eau était née.

Le défi suivant consistait à améliorer la qualité de l'air.

Les travaux visant à améliorer la technologie des radicaux hydroxyles contenus dans de l'eau se poursuivent de nos jours. L'un des points centraux de ces travaux réside dans la vérification des effets de l'inhibition des impacts dangereux des micro-organismes pathogènes  (bactéries, moisissure et virus) et des allergènes sur le corps humain, ainsi que la décomposition de particules PM 2,5.

Le défi suivant consistait à améliorer la qualité de l'air.

En 2009, par exemple, avec l'aide d'un organisme de test indépendant, Panasonic a démontré l'effet des radicaux hydroxyles contenus dans de l'eau sur la grippe aviaire et de nouvelles souches de la grippe. De plus, en 2012, en collaboration avec un organisme de test indépendant en Allemagne, nous avons réalisé un test de clairance virale qui a démontré l'efficacité de la technologie contre les quatre types de virus (avec et sans enveloppe, à ADN ou à ARN). Sur la base de ceci, nous avons annoncé qu'il pouvait être attendu des radicaux hydroxyles contenus dans de l'eau qu'ils aient un effet inhibiteur sur de nouveaux virus encore inconnus. Bien qu'il ait déjà paru clair que l'activité des radicaux hydroxyles contenus dans l'eau pouvait mener à l'inhibition de l'activité de certains virus, cette vérification était un jalon important.

Un autre point clé de nos recherches continues réside dans les efforts menés pour accroître l'effet des radicaux hydroxyles contenus dans de l'eau par le biais de l'augmentation de la concentration des radicaux générés. Tout en travaillant à répondre aux risques grandissants associés à la qualité de l'air auxquels le monde fait face aujourd'hui, Panasonic va de l'avant dans ses recherches autour d'appareils plus avancés.

Le besoin d'améliorer la qualité de l'air ne connaît aucune frontière. Panasonic continuera de mener des recherches sur le potentiel des radicaux hydroxyles contenus dans de l'eau, mettant la technologie en œuvre pour améliorer la qualité de l'air et contribuant à la santé et à la qualité de vie des gens dans le monde.

Chronologie

1997

Début des recherches autour de la purification de l'air dans les milieux de vie débutent

2001

Début du développement de la technologie des radicaux hydroxyles contenus dans de l'eau

2002

Début de tests et de la production expérimentale du prototype visant à générer des radicaux hydroxyles contenus dans de l'eau

2003

Mise au point d'un appareil permettant de générer des radicaux hydroxyles contenus dans de l'eau [480] (de type remplissage d'eau)

2005

Mise au point d'un appareil permettant de générer des radicaux hydroxyles contenus dans de l'eau [480] (de type Peltier)

2008

Début du développement d'un appareil hautement réactif de dernière génération permettant de générer des radicaux hydroxyles contenus dans de l'eau

2009

Vérification de l'effet inhibiteur sur certains virus et bactéries et de la réduction des résidus de pesticides

Vérification de l'effet inhibiteur sur les virus bactériophage bactériophage Φχ174 et le staphylocoque doré en suspension dans l'air

Vérification de l'effet inhibiteur sur le virus de la grippe porcine.

Une image indiquant qu'un virus est inhibé par des radicaux hydroxyles
2010

Vérification de la dénaturation des protéines contenues dans les pollens rencontrés tout au long de l'année

2011

Mise au point d'un appareil plus petit qui génère davantage de radicaux hydroxyles (de type Peltier 4ème génération)

Vérification de l'effet inhibiteur sur la moisissure

Une image de moisissure
2012

Vérification de l'effet inhibiteur sur certains virus par le biais d'un test de clairance virale.

Vérification de l'effet inhibiteur sur certains virus, la moisissure, les bactéries et les allergènes liés aux animaux

2014

Vérification de la décomposition des composants PM2,5 et de l'inhibition de la moisissure accrochée au sable des tempêtes de sable asiatiques

Une image de PM 2,5 et d'une ville enveloppée de sable jaune
2016

Vérification de l'effet inhibiteur sur certains virus par le biais d'un test de clairance virale.

Vérification de l'effet inhibiteur sur certains virus, la moisissure, les bactéries et les allergènes liés aux animaux

2020

Vérification de l'effet inhibiteur sur le nouveau coronavirus (SARS-CoV-2)

> Communiqué de presse

Contenus liés