En quoi la technologie peut-elle rendre votre établissement de soins plus confortable et plus propre ?

Diriger un tel établissement n’est pas une mince affaire. De la gestion des équipes à la protection des résidents, en passant par la planification, la gestion des visites et le renouvellement des menus, la liste des tâches à gérer peut paraître écrasante.

Cela peut ainsi facilement faire tomber la propreté, l’hygiène et la qualité de l’air au bas de la liste des priorités. Cependant, ces éléments peuvent non seulement avoir une incidence sur les résidents les plus vulnérables, mais ils jouent également un rôle prépondérant dans vos scores d’évaluations et de rapports d’inspection, qui permettent de remplir l’ensemble de vos chambres.

Les attentes sont différentes selon que vous dirigiez votre établissement dans le public ou le privé, mais le principe de base est le même : Les retours positifs découlent uniquement du fait de fournir un environnement propre et confortable, avec des employés aimables, des repas de qualité supérieure et un lieu apaisant. Selon les mots du régulateur indépendant du Royaume-Uni, les maisons de soins doivent être sûres, efficaces, attentionnées, elles doivent répondre aux besoins des gens et être bien dirigées.*1

La compétition étant féroce, il est essentiel de conserver un bon score afin de préserver le succès de votre établissement. La qualité de l’air a un rôle étonnamment important à jouer à ce niveau.

Cela vous paraît déjà délicat ? Eh bien désormais, les choses sont même encore plus compliquées.

Comme si le fait de diriger une maison de soins n’était déjà pas assez difficile, la pandémie de Covid-19 a accéléré les besoins pour tout le monde. Les opérateurs ont reçu la tâche de préserver leurs résidents des risques d'infection, tandis qu’il a été requis des employés de mettre en place des régimes de nettoyage intégral bien plus fréquents, avec des désinfectants approuvés, ainsi que de limiter l’accès aux visiteurs. Dans le même temps, il a été important de conserver le caractère convivial de ces établissements pour qu’ils ne se convertissent pas en hôpitaux.

Selon le directeur d’une maison de soins parisienne : « La première vague a été très dure. » Au Royaume-Uni, on estime que 56 %*2 des maisons de soins ont rapporté au moins un cas confirmé de coronavirus (employé ou résident) rien que durant les premiers mois de la pandémie.

On a donc attendu davantage d’efforts de la part des employés et directeurs.

· Gérer les flambées de cas de Covid-19 au sein de l’établissement

· Réaliser un nettoyage en profondeur régulier, souvent avec des produits chimiques forts

· Essayer de fournir suffisamment de ventilation pour réduire les risques d’infection par voie aérienne, sans faire dangereusement monter ou descendre la température du bâtiment.

· Limiter les interactions sociales afin de réduire le risque d’emmener la maladie à l’intérieur de l’établissement

· Se soumettre à de stricts protocoles de santé et se tenir au courant des campagnes de vaccination. Comme l’a déclaré un opérateur britannique : « Les résidents ont le choix, les visiteurs ont le choix, mais ce n’est pas le cas des employés. »

Tout cela en plus de devoir gérer leur rôle habituel consistant à prendre soin des résidents, accueillir les visiteurs (le cas échéant) et calmer les inquiétudes parmi les résidents.

Comment faire face à tous ces défis et éviter le burn out des employés ?

Durant les pics de la pandémie, le personnel soignant a fait partie des employés les plus débordés, travaillant dans des environnements à grands enjeux, avec des personnes vulnérables. Leur bataille constante pour préserver la propreté et la sûreté des établissements a accru la fatigue et le stress de leurs journées de travail.

Le burn out des employés a constitué une véritable menace pour l’industrie. Un rapport du Health and Social Care Committee de la Chambre des Communs britannique*3 a déclaré : « La Covid-19 a considérablement accru la pression exercée sur les équipes de soignants et travailleurs sociaux. »

Alors, comment aider ces derniers à préserver la propreté, la bonne humeur et le caractère accueillant de l’environnement de soin, sans accroître leur charge de travail ?

Conseil : retirez de la pression des épaules de votre personnel

Le fait de trouver des façons de permettre à vos employés de déconnecter pendant leur temps de pause et de réduire leur charge de travail les aidera à continuer à fournir un excellent niveau de service.
Cela signifie que s’assurer que toutes les zones de pause sont bien ventilées et confortables pour leurs pauses repas est de la plus haute importance. Cela signifie également de fournir un soutien émotionnel efficace à ses équipes, de façon à ce que les employés puissent se concentrer sur le fait de prendre soin des résidents et de créer une expérience agréable, relaxante et divertissante, chaque jour de la semaine.
Il peut également être judicieux d’envisager un programme de formation croisée pour qu'ils puissent mieux se remplacer pendant les absences inattendues.
Après tout, vos employés sont le moteur de votre établissement de soins.

Il est temps de penser à l’environnement de votre maison de soins.

Vos résidents et employés passent une grande partie de leur temps au sein de votre établissement, et le fait d’avoir un bon environnement aide grandement à améliorer leur confort, leur hygiène et leurs niveaux d’énergie.

La qualité de l’air et le contrôle des mauvaises odeurs jouent un rôle prépondérant dans un environnement de maison de soins. L'incontinence étant un problème récurrent chez les personnes âgées, les mauvaises odeurs peuvent rapidement devenir un trait dominant de votre environnement. Ceci rend le quotidien bien moins plaisant pour tous ceux qui vivent dans votre établissement, y travaillent ou s’y rendent pour une visite.

Une gestion adéquate de l’incontinence peut rendre la vie plus confortable pour tout le monde au quotidien. Tandis que l’incontinence urinaire peut être gérée à travers la fourniture d'un support adéquat aux toilettes et grâce à l’utilisation de produits tels que des protections et sous-vêtements adaptés (en supposant que ces derniers soient bien utilisés), l’incontinence anale est plus difficile à gérer en toute sécurité et peut être tout simplement causée par des situations stressantes.

Il est alors également important pour vous d’employer une bonne ventilation. Dans plusieurs pays, l’on a d’abord conseillé aux opérateurs de suspendre l’utilisation de leurs unités de climatisation, le cas échéant, afin d’éviter la propagation du virus de la Covid-19. Naturellement, cela a contribué à la création d’un environnement moins confortable et il est désormais judicieux d’envisager une climatisation qui filtre les virus, assurant un air propre à la température contrôlée, sans risque d’infection par voie aérienne.

Conseil : améliorez la qualité de votre air et attaquez-vous aux mauvaises odeurs

Ne vous limitez pas à gérer les sources des mauvaises odeurs et des odeurs de renfermé. Employez également des solutions qui améliorent la qualité de votre air et éliminent les mauvaises odeurs qui s’y trouvent.

Cela peut non seulement inhiber les polluants invisibles mais aussi créer un environnement plus confortable et relaxant pour tous.

Présentation de la technologie nanoe™ X : air de qualité et contrôle des mauvaises odeurs

Comme l’a déclaré un opérateur britannique : « Si vous avez grandi dans l’industrie du soin, vous devez être capable de vous occuper d’une personne souffrant de démence, de la nourrir et de la laver. Vous n’avez pas besoin d’utiliser un ordinateur ou un iPad. »

Il existe des technologies avancées à votre disposition, qui peuvent à la fois réduire la charge de travail de vos employés et participer à un environnement de travail plus propre, plus confortable et plus agréable.

nanoe™ X agit de manière invisible dans l’air et peut considérablement réduire les risques posés par certains virus en suspension dans l'air, certaines bactéries, certains types de moisissure et certaines substances dangereuses contenues dans les particules fines (PM2.5), ainsi que réduire les mauvaises odeurs.

Lorsqu’il est intégré à une unité de climatisation avancée, il peut assurer un contrôler de l’humidité, un contrôle de la température et une désodorisation 24h/24 sans qu’aucun entretien particulier ne soit requis. Les soignants peuvent facilement régler l’unité à l’aide d'une télécommande ou même par le biais d’une connexion Wi-Fi, ou encore au moyen de minuteurs. Parce qu’il propage dans l’air des radicaux hydroxyles dérivés de la nature, nanoe™ X est hautement efficace en ce qui concerne l’élimination des mauvaises odeurs.

Effets de nanoe™ X sur les odeurs

Odeur de cuir chevelu

nanoe™ X a réduit l'intensité de l'odeur de cuir chevelu de façon drastique en 6 heures.

Organisme de test : Cours de Conception d'Odeur et d'Arôme, Département d'Informatique intégré, Faculté d'Informatique, Université de Daido. Méthode de test : Vérification à l'aide de la méthode d'indication d'intensité d'odeur de 6 niveaux dans une chambre de test de 23 ㎥ environ. Méthode de désodorisation : libération de nanoe™. Substance soumise au test : Odeur corporelle simulée de citoyens d'âge moyen et mûr ayant adhéré à une taie d'oreiller. Résultat du test : Intensité de l'odeur réduite de 0,65 niveau en 6 heures.

Odeur de transpiration
Acide nonanoïque

nanoe™ X a réduit l'intensité de l'odeur de transpiration de façon drastique en 1 heure.

Organisme de test : Centre d'analyse produit Panasonic. Méthode de test : Vérification à l'aide de la méthode d'indication d'intensité d'odeur de 6 niveaux dans une chambre de test de 23 ㎥ environ. Méthode de désodorisation : libération de nanoe™. Odeur cible : Odeur de transpiration ayant adhéré à une surface. Résultat du test : Intensité de l'odeur réduite de 1,1 niveau en 1 heure. (Y16HM016)

Moisissure ayant adhéré à une surface
Aspergillus

Organisme de test : Laboratoires de Recherche sur la Nourriture japonaise. Méthode de test : Moisissure mesurée, ayant adhéré à un tissu. Méthode d'inhibition : libération de nanoe™. Substance cible : Moisissure ayant adhéré à une surface. Résultat du test : Inhibition d'au moins 99,5% en 8 heures. (11038081001-02)

nanoe™ X peut vous aider à veiller à ce que vos employés et vos résidents soient toujours accueillis par un environnement propre, confortable et caractérisé par une odeur de frais. Ainsi, vos employés peuvent se consacrer uniquement aux résidents.

La qualité de l’air est le secret pour un meilleur environnement en maison de soins.

Ces deux dernières années ont placé les établissements de soins sous une tension et un contrainte indicibles. Aussi, il n’a jamais été aussi important de créer un environnement plus propre et plus confortable pour les employés et les résidents. Ceci vous aidera non seulement à améliorer vos scores et à maintenir toutes vos chambres occupées, mais vous réduirez également les taux de burn out chez vos employés en leur épargnant certaines tâches supplémentaires et en leur offrant un environnement plus agréable et plus propre où travailler.

La technologie a vocation à vous aider. Parce qu’il inhibe certaines transmissions virales par les airs et qu’il s’attaque aux mauvaises odeurs plutôt que de les couvrir, nanoe™ X peut vous aider à créer un meilleur établissement pour tous ceux qui y passent du temps.

[Remarque :]
*1 Information tirée du site internet de la commission Care Quality Commission
*2 Statistiques tirées de l’étude « Vivaldi » du Office for National Statistics
*3 Informations tirées du rapport du Health and Social Care Committee de la Chambre des Communs britannique, intitulé « Workforce burnout and resilience in the NHS and social care », publié le 8 juin 2021

Derniers articles

Comment fidéliser les employés d’hôtel grâce à un meilleur environnement de travail

En quoi la qualité de l’air est-elle un élément crucial pour le fonctionnement d’une clinique vétérinaire de haute performance?

Vos employés réclament un meilleur environnement au bureau : Voici comment procéder

Comment faire de votre salle de sport la salle préférée de vos clients?